Le monde dans la main

Auteur : Mikaël Ollivier
Editeur : Thierry Magnier
Date de pauriton : août 2011
A partir de 13 ans

lemondedanslamain


C'est un drôle de roman qu'on est impatient de lire parce qu'il est signé Mikaël Ollivier mais qu'on ouvre avec prudence (un peu parce qu'on l'attend au tournant le bougre) et beaucoup parce que le titre intrigue et que la voiture rouge avec des ailes sur la couverture c'est curieux.
Curieux comme le héros de l'histoire Pierre (de son vrai prénom Pierre-Marie), 16 ans, qui vit à Versailles, rêve de devenir concertiste et grandit dans une famille où on parle peu, une famille bourgeoise où on va à la messe tous les dimanches et où on dit casse-bonbons quand on pense casse-couilles. Bref, un adolescent un peu anachronique, un jeune-vieux comme l'appelle sa soeur pour se foutre de lui, une sorte d'angoissé chronique dès qu'il s'agit de s'écarter des rails.
Curieux comme ce premier chapitre où sur un parking, un jour de pluie, la mère de Pierre fiche le camp calmement, presque sur la pointe des pieds, avant de laisser un sms : ne vous inquiétez pas pour moi, je n'en peux plus c'est tout.
Curieux... et plein de surprises comme la vie, comme va le découvrir Pierre qui confronté à des situations trop grandes pour lui, à des secrets de famille, des pans de vie insoupçonnés des seconds plans, va s'efforcer de grandir, de se coltiner à la vie avec le bon comme avec le mauvais, avec les sourires comme avec les larmes.
Alors forcément, comme un fait-exprès, les romans qui vous chavirent on est toujours timide pour en parler comme on voudrait. Mikaël Ollivier a un talent rare, celui de vous cueillir dès la première page, dès la première phrase et vous prenez la route avec lui jusqu'au point final qui suit le dernier mot.
Un roman où on rit, où on pleure (de ces larmes qui font chaud au coeur) et dont on sort grandi (même à mon âge ce qui est une gageure!)... quant au titre et à la couverture... deux surprises, une chouette, l'autre moins, un sourire et une larme.