Les enquêtes d'Hector Krine: le maître des hybrides

Auteur : Stéphane Tamaillon
Editeur : Gründ
à partir de 15 ans
octobre 2012




Londres, 1891. Hector Krine, anéanti par la mort de Matthew, son fils, peine à reprendre le cours de sa vie. Son ami Jekkyl, essayant de le sortir de sa torpeur vient lui soumettre une nouvelle affaire qui le mènera au coeur de la jungle urbaine de la cité de Londres. Il y croisera d'anciens dieux déchus, des "abominations" issus de l'île du docteur Moreau, Rudyard Kipling et ses personnages du Livre de la jungle. Cette affaire le met sur la piste de Charles Lungri, échappé de l'asile qui pourrait bien être Jack l'Eventreur en personne. Aidé de la déesse-chat Bastet et de l'écrivain Rudyard Kipling, le détective découvre bientôt les monstrueuses expériences qu'un savant fou orchestre sous la ville. Hector Krine va littéralement plonger dans la ville comme dans cette enquête. L'atmosphère de ce troisième opus est différente, Londres subit une vague de chaleur sans précédant ce qui insuffle au roman un caractère oppressant. Encore une enquête géniale d'Hector Krine qui mêle les faux semblants et les brouillages de pistes. Les personnages eux-mêmes ne sont pas fidèles à leur apparence.
Quelques petits bémols cependant: tout d'abord, le vocabulaire est parfois trop alambiqué, il y a trop de notes de bas de page pour un roman jeunesse. Je trouve également dommage qu'avec son talent, Stéphane Tamaillon ait besoin de puiser inexorablement dans les romans des autres. En découle donc une "pauvreté" de lecture pour toutes les personnes qui n'ont pas les nombreuses références culturelles et littéraires de l'auteur. Je me dis que beaucoup de jeunes lecteurs adoreraient cet univers si prenant seulement voilà, ont-ils lu Kipling, H.G. Wells, les comics d'Alan Moore, connaissent-ils la légende scandinave d'Yggdrasil l'arbre-monde, les mythologies romaines, égyptiennes et nordiques? Sans toutes ces références, la lecture perd de sa saveur... c'est dommage, c'est de la fausse littérature jeunesse même si moi, qui n'est plus 13 ans, j'adore!
On attend tout de même le nouveau cycle avec impatience!