Romans

Les orphelines d'Abbey Road

Auteur : Audren
Éditeur : l'école des loisirs
Parution : octobre 2012
À partir de 6 ans



C'est la couverture de ce livre, très belle illustration de Christel Espié, qui m'a donné envie de lire ce roman. Comme le titre l'indique, ce sont les aventures de fillettes orphelines qu´il nous conte : elles vivent grâce à la générosité de Lady Bartropp qui a fondé et finance l'institution. Malgré la douceur de cette dame, les conditions de vie à l'orphelinat ne sont pas idéales : la nourriture n'est pas terrible et pas suffisante, les soeurs sont trop rigides, et il manque à ces filles le principal : l'amour d'un père et d'une mère.
Ça aurait pu s'arrêter là, le roman aurait pu ne raconter que ce quotidien difficile...mais l'auteur a décidé d'embarquer quelques jeunes filles dans une aventure bien plus pénible encore. Autour de Margarita, la plus âgée, la plus rebelle, et de Joy, la narratrice, un petit groupe solidaire se constitue à l'occasion d'événements étranges qui vont les conduire dans un monde parallèle ...
Ce roman est fort sympathique, je le conseillerais surtout à un jeune public, élèves de CP à CM2 plutôt qu'à des collégiens et, malheureusement, à des filles avant tout car la gent masculine est très peu représentée (mais bien représentée par le charmant jardinier). Il est d'une lecture agréable et facile même si certains rebondissements n'en sont pas...la fin notamment est un peu "bof" : le recours à certains éléments mystérieux typiques, la révélation finale,...mais il n'en reste pas moins que je suis prise au piège : je vais vouloir savoir ce qui se passe au tome 2 !

La boulangerie de la rue des dimanches (2ème chronique)

Auteurs : Alexis Galmot / Till Charlier
Editeur : jeunesse
Date de parution : Mai 2011
à partir de 8 ans



En farfouillant dans les rayons de la bibliothèque, je suis tombée sur ce roman dont la couverture m'a fait pensé aux albums d'Arnold Lobel  et la quatrième de couverture à un roman de Roald Dahl qui ont baigné mon enfance. Le titre aussi m'a bien plu, alors je me suis lancée et je dois dire que je n'ai pas été déçue. Ce livre est un petit bijou drôle, loufoque voire déjanté, plein de tendresse et parfois un petit peu triste. On y parle de tuba, de flûte traversière, des 4 saisons de Vivaldi, d'orphelinat, de religieuses au chocolat et de baguettes pas trop cuites ... On mélange le tout et on obtient un super roman qui nous met du baume au coeur en ces temps de crise.A dévorer accompagné d'un sandwich de baguette pas trop cuite à la religieuse au chocolat, vous verrez ça passe tout seul!


Les enquêtes d'Hector Krine: le maître des hybrides

Auteur : Stéphane Tamaillon
Editeur : Gründ
à partir de 15 ans
octobre 2012




Londres, 1891. Hector Krine, anéanti par la mort de Matthew, son fils, peine à reprendre le cours de sa vie. Son ami Jekkyl, essayant de le sortir de sa torpeur vient lui soumettre une nouvelle affaire qui le mènera au coeur de la jungle urbaine de la cité de Londres. Il y croisera d'anciens dieux déchus, des "abominations" issus de l'île du docteur Moreau, Rudyard Kipling et ses personnages du Livre de la jungle. Cette affaire le met sur la piste de Charles Lungri, échappé de l'asile qui pourrait bien être Jack l'Eventreur en personne. Aidé de la déesse-chat Bastet et de l'écrivain Rudyard Kipling, le détective découvre bientôt les monstrueuses expériences qu'un savant fou orchestre sous la ville. Hector Krine va littéralement plonger dans la ville comme dans cette enquête. L'atmosphère de ce troisième opus est différente, Londres subit une vague de chaleur sans précédant ce qui insuffle au roman un caractère oppressant. Encore une enquête géniale d'Hector Krine qui mêle les faux semblants et les brouillages de pistes. Les personnages eux-mêmes ne sont pas fidèles à leur apparence.
Quelques petits bémols cependant: tout d'abord, le vocabulaire est parfois trop alambiqué, il y a trop de notes de bas de page pour un roman jeunesse. Je trouve également dommage qu'avec son talent, Stéphane Tamaillon ait besoin de puiser inexorablement dans les romans des autres. En découle donc une "pauvreté" de lecture pour toutes les personnes qui n'ont pas les nombreuses références culturelles et littéraires de l'auteur. Je me dis que beaucoup de jeunes lecteurs adoreraient cet univers si prenant seulement voilà, ont-ils lu Kipling, H.G. Wells, les comics d'Alan Moore, connaissent-ils la légende scandinave d'Yggdrasil l'arbre-monde, les mythologies romaines, égyptiennes et nordiques? Sans toutes ces références, la lecture perd de sa saveur... c'est dommage, c'est de la fausse littérature jeunesse même si moi, qui n'est plus 13 ans, j'adore!
On attend tout de même le nouveau cycle avec impatience!


Mathieu Hidalf et la foudre fantôme

Auteur: Christophe Maury
Editeur : Gallimard jeunesse
Date de parution : Janvier 2012
A partir de 10 ans



Mathieu Hidalf ayant relevé son premier défi dans le volume du même nom (Cf couverture ci-dessous), le voici de retour dans une nouvelle aventure, toujours aussi palpitante.
Aujourd'hui, Mathieu a onze ans et peut tenter d'entrer à l’école élitienne, afin d’y retrouver la personne qu’il admire le plus au monde, le capitaine Louis Serra. Pour cela, une seule solution, la triche. Mathieu a mis toute son imagination au service de cette mission. Et il va trouver de plus, un allié inattendu en la personne de son père, prêt à tout pour éloigner son terrible rejeton du domicile familial. Mais pour gagner sa place au sein de la prestigieuse école, il faut accomplir une mission d’importance, avec deux autres élèves, dont le fils de l’ennemi juré de la famille Hidalf, Roméo Pompous. Il s’agit de capturer la foudre fantôme, chose que personne n’a jamais pu faire. Bien sûr, Mathieu se vante et en rajoute. Cette quête sera un jeu d’enfant pour son cerveau génial ! Cependant, les difficultés s’accumulent, les premiers échecs aussi: la mystérieuse Tour Disparue reste introuvable, les frères Estaffes sont toujours là, dans l’ombre, prêts à agir pour détruire le royaume, la sœur de Mathieu, la belle Juliette d’Or a un amoureux secret, la vie de Louis Serra est menacée... En plus de tout cela, la directrice de l’école ne lâche pas Mathieu d’une semelle … Comment le garçon le plus étonnant du royaume va-t-il se sortir de cet imbroglio ?
On retrouve un Mathieu Hidalf toujours aussi exalté mais plus mûr et un peu moins sûr de lui ce qui le rend plus attachant. Il tisse des liens avec d'autres personnages, ce qui permet d'étoffer son personnage. Le récit est toujours aussi riche en rebondissements, en inventions exubérantes, le style d'écriture est vif et plein d'humour. Un livre avec lequel on ne s'ennuie pas , vivement la prochaine aventure de Mathieu Hidalf!



Le fantôme de Canterville

Auteur : Oscar Wilde
Illustrateur : Oski
Editeur : Chandeigne
Date de parution : Octobre 2012
A partir de 8 ans



Le fantôme de Canterville est un des récits fantastiques d'Oscar Wilde les plus célèbres. J'avais juste oublié à quel point il était drôle.
Quand les Otis, une famille américaine fraîchement débarquée en Angleterre, achètent le manoir qu'il hante depuis des siècles, notre fantôme ne se doute pas une seconde du mal qu'il va avoir à leur inspirer le moindre début de petit bout de sentiment de peur ! Et un fantôme qui "vit" dans une maison hantée et qui n'arrive pas à faire peur...ben à quoi ça peut bien servir ? 
Et pourtant il y met du sien le bonhomme, il leur sort toute la planoplie : tâche de sang sur le parquet, rire diabolique, bruits de chaînes mais rien n'y fait.
Comme le dit très bien l'éditeur "Nous avons donc affaire à un fantôme grostesque, burlesque et pathétique jusque dans les récits qu'il se fait de ses crimes." 
Les illustrations  du célèbre dessinateur satirique argentin Oski renforcent à merveille le côté ridicule des situations.
L'ensemble est une vraie réussite, bravo !



Voyage avec mes parents


Auteur : Marie-Louise Gay/David Homel
Editeur : École de loisirs
Date de parution : mais 2012
Âge : à partir de 8 ans



voyage_avec_mes_parents


Le héros de cette histoire est presque un anti-héros. Alors que des milliers de jeunes lecteurs voudraient vivre ses aventures, notre jeune protagoniste, lui, n'aspire qu'à la normalité. Lui, ne part pas en vacances à Bourgougnague (Lot-et-Garonne, très tendance cette saison) mais il va dans des endroits moins communs dans lesquels il ne se contente pas de vulgaires chipos au barbecue, non lui fait un festin de sauterelles grillées, il ne va pas au zoo voir des capybaras (animal de la famille des rongeurs aussi étrange que bizarre) non, lui voit des alligators évoluer dans leur milieu naturel. Ce qui est franchement excitant sauf quand c'est tout le temps, Bref, notre héros aimerait aller faire des pâtés sur la plage comme tout le monde. Seulement, ce n'est pas lui qui décide mais ses parents ...
Un petit recueil de nouvelles courtes qui ravira petits et grands en cette rentrée 2012.

Floppy-flop clone sa famille


Auteur : Gudul
Illustrateur : Fañch Atret
Editeur : Lire c'est partir

Floppy

Floppy-flop c'est un extra-terrestre que son papa cosmonaute a ramené d'une planète lointaine.
Mais le problème c'est que Floppy-flop, avec ses pouvoirs magiques, il a décidé d'agrandir ma famille.
"Alors je me retrouve avec trois frères exactement pareil que moi !
Ma mère et mon père c'est pareil, mais ils ne s'en soucient pas, car ça leur fait de la conversation et ça les aide pour les courses ou des choses dans ce genre. Idem pour ma soeur.
Donc y'a que moi qui suis pas à l'aise ! Je vais donc tout faire pour que tout revienne dans l'ordre."
Vous l'aurez compris, cette histoire est un peu loufoqe mais très bien pour ceux qui commencent à lire.

La drôle de vie de Bibow Bradley


Auteur : Axl Cendres
Éditeur : Sarbacane
Collection : X'
Date de parution : Septembre 2012
A partir de 14 ans


La_drle_de_vie_de_Bibow_Bradley


Bibow est un plouc du fin fond de l'Illinois. Sa carrière est toute tracée : il finira derrière le comptoir du Bradley's and son, le troquet à soûlauds que tient sa famille.
Son grand père a eu la Normandie, son père la Corée et lui aussi il l'aura sa guerre, le Vietnam. Non pas qu'il ait l'intention de faire carrière dans l'armée mais bon c'est ça ou....ou rien. Comme il le dit lui même : "Parce que si certains font la guerre pour la paix, d'autres font la guerre pour la guerre ; en ce qui me concernait, je voulais bien faire la guerre tant qu'on me foutait la paix".
Vous l'aurez compris, Bibow c'est pas une lumière, mais il a un petit quelque chose au cerveau, un petit truc en moins qui l'empêche de resentir la peur ce qui va grandement intéresser la CIA.
De mission en mission, à la recherche d'activistes communistes à Moscou ou infiltré au coeur des rassemblement hippies, tel un Forest Gump constamment un peu à côté de la plaque, Bibow va apprendre l'amitié, la solidarité, et l'amour aussi.
En plus d'être vraiment très drôle, ce roman est un vrai régal à lire avec en toile de fond, une fresque précise et documentée de l'histoire des Etats Unis des années 60.
Un grand bravo à Axl Cendres, toujours au top.

Bande-Son : Joe Cocker - With a little help from my friends

A lire également : Notre interview d'Axl Cendres

A bas les bisous

Auteur : Thomas Gornet
Illustratrice : Aurore Petit
Editeur : Le Rouergue (ZigZag)
date de parution : septembre 2012
A partir de 8 ans et 364 jours

a_bas_les_bisous

Kaï a exactement 8 ans et 364 jours… ce qui n’est pas rien.
C’est un garçon normal, enfin un garçon de 8 ans et 364 jours comme les autres, quoi. Sauf qu’à la veille de ses neuf ans, Kaï a pris une sacrée décision, aussi irrévocable que définitive, les bisous c’est fini, terminé.

"Je n'aime pas le mot "bisou" de toute façon. "Bi",ce n'est pas joli,"zou", c'est ridicule, et "bisou", c'est moche."

D’abord parce que Kaï les bisous il n’aime pas particulièrement ça, mais aussi parce que c’est quand même un truc de bébé et justement Kaï ne se sent plus du tout un bébé mais un grand. Un grand qui décide.
Un grand qui décide qu’il ne veut plus de bisous et qui est bien décidé à le faire savoir.

Alors évidemment, faut savoir affronter les regards interloqués des grandes personnes quand du jour au lendemain, on leur tend plutôt la main que la joue pour dire bonjour, mais surtout faut pas craquer devant sa mère qui tout à coup vous regarde avec un drôle de truc brillant dans les yeux.
Mais bon, Kaï est un petit (pardon) un GRAND de 9 ans fermement décidé à garder le cap, quoiqu’il advienne… on ne le fera pas changer d’avis.

Seulement comme le veut l’adage… y’a que les imbéciles qui ne changent pas… Kaï va apprendre, un peu à son corps défendant, que certes les bisous c’est mouillé et c’est ridicule mais qu’on a rien inventé de mieux pour consoler son nouveau meilleur pote.

Ce qui est drôlement chic avec les personnages de Thomas Gornet, c’est qu’on a exactement l’âge de ses héros. Je m’explique… en lisant A bas les bisous, on a exactement 8 ans et 364 jours (ce qui, au vu de mon âge est une sacrée gageure croyez-moi).
Bref, Thomas Gornet a ce truc de savoir parfaitement se mettre à la hauteur d’enfant, avec tendresse et affection sans condescendance (si vous voulez vieillir un tantinet vous pouvez relire L'amour me fuit ou Je n'ai plus 10 ans).
Et puis, surtout c’est drôle, enfin souvent et un peu émouvant aussi quand-même.
Joliment chouette…

Paris, inch Allah


Auteur : Kamel Hajaji
Éditeur : Sarbacane
Collection : EXPRIM '
Date de parution : 2012
A partir de 15 ans


Paris_inch_Allah


"Je lève la tête au ciel. Les étoiles scintillent de blanc, encerclant la lune qui prend la forme d'un croissant.
Je pense à cette France où mon père et ma mère voulaient aller vivre.
Alors, c'est cette France que je veux !"
(Mohamed, 10 ans, Tunis)
Mohamed vit seul avec sa mère qui semble vouloir le faire grandir en l'insultant et en le frappant. Quand elle décide de vivre avec un type encore plus glauque qu'elle, elle jette Mohamed, 10 ans, à la rue, sans un sou.
Mais ce petit mec est plus costaud qu'on ne le pense. Grâce à une volonté indestrutible de s'en sortir et de revenir un jour éblouir sa mère de sa réussite, il passe de clodo à cireur de chaussures et finit par devenir garçon à tout faire, dans une famille de riches. 
Il sait que seuls les "esclaves modèles" ont une chance de s'en sortir alors c'est précisément ce qu'il devient en gardant toujours à l'esprit le pays de ses rêves : la France.
J'ai beaucoup aimé ce roman. J'ai éprouvé de la colère envers cette mère, de la pitié envers ce garçon, de la peur aussi chaque fois que sa vie ne tenait qu'à un fil, et puis du soulagement quand enfin il réussit à sortir la tête de l'eau.
Bizarrement, j'ai même oublié à certains moments que Mohamed n'a que 10 ans. Il n'est qu'un gamin mais il s'en sortira grâce à un instinct de survie remarquable.
Bref, un super roman.

Le coeur n'est pas un genou que l'on peut plier

Auteurs : Sabine Panet et Pauline Penot
Editeur : Thierry Magnier, septembre 2012
A partir de 13 ans

le_coeur

« Le mariage ne peut être conclu qu’avec le libre et plein consentement des futurs époux » Article 16 de la déclaration universelle des droits de l’homme

« De toute façon, Awa ne veut pas se marier. Malick ne veut pas se marier non plus. Alors on n’a qu’à dire qu’ils ne sont pas d’accord et chacun reste là où il veut, non ? » Déclaration universelle des droits de l’homme d’Ernestine Boucoum.

Awa, 16 ans, passe son bac de français et n’aime pas trop embrasser les garçons qui ont du tartre sur les dents. Ernestine, sa petite sœur de 11 ans, rêve des planches de théâtre. Elle répète le rôle d’Agnès dans L’École des femmes (où un vieux barbon a élevé dans l’ignorance une jeune paysanne afin de l’épouser) et aimerait savoir ce qu’on entend par « sortir avec un garçon », parce qu’elle en pince pour Jacob. Des filles plutôt banales du côté de Villepinte… si ce n’est que la famille s’apprête à se rendre au Sénégal pour qu’Awa se marie avec son cousin Malick (qui n’est pas un vieillard poliomyélite et polygame, mais un jeune mec plutôt beau gosse de 20 ans).

Un vieil accord entre les pères, alors qu’Awa portait encore des Pampers, ce genre d’accord qui met en jeu les traditions et le sens de l’honneur.

Pour remettre en cause ce mariage, les deux sœurs vont unir leur force avec Dado, leur tante célibataire et docteur en mycologie à l’INSERM, pour qui un mariage entre cousins est une sacrée hérésie biologique.

Un roman intelligent, réjouissant et incroyablement drôle malgré le sujet abordé, qui dynamite un tas de clichés (et les joutes verbales de proverbes africains entre les parents d’Awa et Ernestine sont savoureuses).

La fois où je suis devenu écrivain


Auteur : Vincent Cuvelier
Editeur : Le Rouergue
Collection : doAdo
Date de parution : 2012
A partir de 14 ans

La_fois_o_je_suis_devenu_crivain


"Je ne comprenais pas où j'allais mais j'y allais. je savais juste que je vivais un des moments les plus importants de ma vie. Que ça y était, moi le nul, le redoublant, le presque dernier de la classe, le 30ème sur 31, j'avais réussi quelque chose.

A quel moment on devient écrivain ? Le jour où on se dit "Moi écrivain ? pourquoi pas...", le jour où on poste son premier manuscrit ou le jour où on est publié pour la première fois ?
Vincent Cuvellier n'est évidemment pas le premier écrivain à avoir écrit son premier roman à 16 ans. J'en ai encore vu un chez Ruquier il y a quelques jours, un champion du monde, inintéressant au possible, avec un petit quelque chose dans sa façon de parler qui m'a donné instantanément envie de :
1) éteindre la télé de toute urgence
2) re-re-relire "La fois où je suis devenu écrivain"
J'ai adoré, encore une fois, suivre les premiers pas de ce p'tit mec. 25 ans plus tard, Vincent Cuvellier revient sur ses débuts d'écrivain et le moins que l'on puisse dire c'est que la lecture de ce récit ne laisse pas indifférent. Il se met à écrire non pas suite à une sorte de révélation mystico-divine mais tout simplement parce qu'il ne sait rien faire d'autre. Alors effectivement il y a un côté inné, spontané dans l'acte d'écrire mais pas vraiment pour le plaisir, juste par instinct de survie.
80 pages de pur bonheur, beaucoup d'humour et quelques grinçages de dents grâce aux pages consacrées à l'Education Nationale et au Pôle Emploi...
Vincent Cuvelier est l'auteur de 10 romans publiés au Rouergue et de nombreux autres chez divers éditeurs.
Il est également directeur de la collection "T'étais qui, toi?" chez Actes-Sud Junior.

Docteur Parking


Auteur : Franz Hohler
Éditeur : La joie de lire
Collection : Hibouk
Date de parution : Juin 2012
A partir de 10 ans



Docteur_Parking

Le Dr Parking est docteur en lettres.
Alors qu'il vient de s'installer dans une petit ville, il accroche à sa porte d'entrée une pancarte indiquant son nom et son titre. Mais les habitants qui ne voient pas plus loin que le bout de leur nez pensent qu'il est docteur en médecine et viennent le consulter. Ses conseils plein de sagesse et de bon sens lui apportent une renommée immédiate mais aussi beaucoup d'ennuis et finalement une menace d'expulsion...
Franz Hohler est chansonnier, auteur de romans, de pièces de théâtre et de pièces radiophoniques. Cela explique probablement pourquoi la lecture de ce roman est si agréable. J'ai vraiment eu l'impression que quelqu'un me racontait cette histoire. Le ton est décalé et l'humour omniprésent, bref, c'est un très "chouette" roman.


Déjà chroniqué dans la même collection : Dom do dom !

Insoumise


Auteur : Ally Condie
Editeur : Gallimard
Date de parution : avril 2012
A partir de 13 ans


Insoumise

Previously on Promise : Cassia décide de fuir la Société pour partir retrouver Ky dans les provinces lointaines et rejoindre le mouvement de rébellion : le Soulèvement. Entre le confort aseptisé de la Société et l'inconnu total, son choix est fait. Hors de la Société, tout est différent. Dans le Labyrinthe, une sorte de désert de grands canyons, accompagnée de quelques hors la Loi comme elle, Cassia finit par retrouver Ky mais aussi Xander qui s'avère être un élément clef du Soulèvement. Encore une fois, rien ne se passera comme prévu.
Ce Tome 2 est très différent du premier. Tout d'abord, la technologie omniprésente dans la première partie est complètement absente. La nature semble reprendre sa place. Cela accentue le côté presque perdu d'avance de la quête de Cassia. Ensuite, pour mettre en avant l'intimité de Ky et de Cassia, l'auteur passe d'un point de vue à l'autre au fil des chapitres.
Quelques nouveaux personnages apparaissent. Ils sont peu nombreux mais leur impact sur l'intrigue est important. C'est d'ailleurs une autre différence radicale avec le premier tome : on passe d'une foule homogène et insipide à quelques individus à la personnalité bien marquée. 
L'ensemble est très efficace puisque l'auteur arrive encore à nous surprendre.
Malgré tout, j'ai hâte de retrouver la Société et de découvrir dans quelle mesure et comment tous les personnages vont participer au Soulèvement. Qui finira par s'engager?

Insoumise est la suite de Promise, déjà chroniqué sur notre site.





Moi Ambrose, roi du scrabble

Auteur : Susin Nielsen
Editeur : Hélium
Date de parution : mai 2012
Adolescents

ambroseroiduscrabble

Ambrose Bukowski, 12 ans trois quart, est un drôle de garçon.

Des goûts vestimentaires curieux (il affectionne particulièrement les pantalons en velours violet), pas vraiment d’amis (il faut dire que sa mère avec qui il vit seul s’acharne à déménager tous les quatre matins), une allergie tenace aux cacahuètes et une passion aussi immodérée que surprenante pour le jeu du Scrabble.

Autant le dire Ambrose Bukowski n’est pas le genre de garçon à jouir d’une côte de popularité insoutenable au collège, tant et bien que trois sales gosses ne trouvent rien de plus désopilant que de lui glisser une cacahuète dans son sandwich.

Irène, c’est le prénom de la mère d’Ambrose, ultra-protectrice (ce qui est un euphémisme : elle promenait tout de même Ambrose en laisse quand il avait trois ans...) décide de le retirer du collège pour lui faire suivre des cours par correspondance.

Après avoir expérimenté tous les trucs chouettes à faire quand on reste peinard chez soi toute la journée (comme regarder la télé tout le temps mais quand on ne reçoit qu’une chaîne avouez que c’est vite lassant, ou encore manger ce qu’on veut quand on veut, mais boulotter un demi-pain à l’épeautre d’un seul coup n’est finalement pas le truc le plus passionnant), Ambrose finit par s’ennuyer ferme jusqu’à sa rencontre avec le fils des voisins Cosmo, qui sort tout juste de taule et qui porte un tatouage avec une tête de mort sur le biceps droit.

Une drôle de rencontre, plutôt improbable mais qui va s’avérer bougrement salvatrice pour Ambrose.

On retrouve tout l’univers de Susin Nielsen, de la sensibilité et de l’humour en pagaille dans ce nouveau roman (qui est fait le premier, vous me suivez ?) après l’incontournable Dear George Clooney, tu veux pas épouser ma mère ? (qui est en fait le second, vous me suivez toujours ? chroniqué quelque part par là par Hélène)

 

En plus, si vous partagez la même passion dévorante qu’Ambrose pour le scrabble, vous apprendrez qu’en combinant les lettres de « trois petits cochons » on peut écrire : porcins, stress, pétrin, tripoter et constipés. Et avouez que pour frimer dans la cour de récré ça se pose là, non ?

Noire lagune


Auteur : Charlotte Bousquet
Editeur : Gulf Stream
Date de parution : janvier 2010
Age : à partir de 12 ans


noire_lagune

L'intrigue de ce roman se passe au coeur de la Sérénissime à la fin du XVI è siècle. A l'aube du Carnaval, de mystérieux décès ont lieu, la panique commence à gagner les Vénitiens, tous les signes de la peste étant là. Au milieu de tout cela, notre héroïne, Flora, jeune courtisane initiée par la plus grande d'entre elles Veronica Franco, suspecte rapidement une série de meurtres. Mais qui va l'écouter, elle, apprentie courtisane... Au pendant de l'intrigue policière se trouve l'histoire d'amour. En effet, Flora est apprentie courtisane et une des règles de sa maîtresse la Franco est la suivante: ne jamais donner son cœur, bannir pour toujours l’amour de son existence. Cette règle est un véritable supplice pour Flora dont le coeur ne bat que pour le  beau et ténébreux Galeazzo Foscarini, qui lui, ne rêve que d'aventure et de voyage. Sans espoir, et pour mener à bien son enquête tout en côtoyant l'être aimé, Flora devient Orlando la nuit. Venise, cité des masques, où l'on découvre toujours qui se cache derrière ses artifices, va nous mener au fin fond de ses sestiere dans une intrigue bien ficelée ...
Les lecteurs se trouvent vite embarqués dans une histoire passionnante au cœur de la Venise du XVIè siècle, avec ses traditions et ses angoisses, ses fêtes, ses gondoles, ses masques et son carnaval.
Un roman empreint d’amour, de mystères, de faux-semblants, de courage et de combats ... Bref, un livre à conseiller aux amateurs d’émotions et de grandes aventures (du mystère et de l'amour, tout ce que j'aime !!!)

Selon l’habitude de la collection Courants Noirs, la fiction est suivie d’une vingtaine de pages d’annexes, avec un lexique des termes employés et plein de précieux renseignements sur Venise et son histoire complexe, la peste, les courtisanes et les personnages historiques croisés au fil du roman. Un ouvrage pour vibrer et apprendre à la fois…

Le "journal infirme" de Clara Muller


Auteur : Karim Madani
Éditeur : Sarbacane
Collection : Exprim'
Date de parution : 2012
A partir de 15 ans


Le_journal_infirme_de_Clara_Muller


"Nom : Muller.
Prénom : Clara.
Âge : 16 ans et des miettes.
Adresse : Paris, Ville Haute.
Époque : le futur (2015).
Mail :borderline125(c)gmail.com.
Lycée : Guillaume Apollinaire.
Situation générale : Bizarre, étrange, fêlée.
Situation particulière : Fille Frappée d'Opprobre (FFO).
Bande-son : Alice in Chains, Marilyn Manson.
Films cultes : Requiem For A Dream, Orange mécanique.

Quand vous aurez ce journal en main, je serai déjà morte."


Comme tout journal intime digne de ce nom, celui de Clara lui sert à chroniquer son quotidien d'ado gothique déjantée. Son univers, c'est la Ville Haute autrement dit les quartiers chics et son lycée où on la qualifie de FFO, Fille Frappée d'Opprobe, parce qu'elle est née in vitro. Quand elle rencontre Karine, une nouvelle au lycée originaire de la Ville Basse, elles deviennent amies instantanément, pour le meilleur et pour le pire, surtout pour le pire. 
Première surprise à la lecture de ce roman : le journal commence le 7 septembre et se termine le 23 octobre. Bizarre, non? Une fois le roman terminé, pas si bizarre que ça. Cela renforce le côté brutal de l'histoire.
Deuxième surprise : "Quand vous aurez ce journal en main, je serai déjà morte."...Cette phrase qui se trouve au tout début du livre s'incruste dans la mémoire du lecteur et finit par avoir l'effet d'un compte à rebours. On ne sait pas ce qu'il va se passer mais on est à peu près sûr que ça va cartonner.
Troisième surprise : le roman est aussi un objet graphique où chaque page est griffonnée par Clara, comme un genre de "I was here" parfois drôle, parfois pas du tout.
J'ai aimé ce roman parce qu'il m'a surprise. L'association roman urbain futuriste + journal intime est très bien amenée et fonctionne parfaitement bien. Un très bon roman.

Ce qu'ils n'ont pas pu nous prendre


Auteur : Ruta Sepetys
Editeur : Gallimard
Collection : Scripto
Date de parution : Décembre 2011
A partir de 15 ans


Ce_quils_nont_pas_pu_nous_prendre

Lina est une jeune lituanienne de 16 ans en 1941. Passionnée de dessin, elle vient d'être acceptée dans une grande école d'art. Mais une nuit de juin, sa vie va brutalement devenir un cauchemar dans lequel il n'est question que de trouver un moyen de survivre. Déportée en Sibérie avec sa mère et son petit frère, elle va devoir se battre chaque jour pour rester en vie et protéger les siens. Pour cela, elle va se concentrer sur l'espoir de retrouver un jour son père et Andrius, un jeune compagnon de camp lui aussi déporté.
Autant le savoir avant de commencer ce livre, vous ne pourrez pas vous arrêter avant la dernière page.  L'horreur de la déportation et la violence absolue de la vie de ses familles rendent la lecture presque éprouvante mais tout comme Lina on reste persuadé que le soleil brillera de nouveau, même un tout petit moment, même de très loin.
J'ai adoré ce roman que j'ai lu à toute vitesse. Attention cependant, il faut avoir le coeur bien accroché pour apprécier cette histoire...

Moi et la mer de weddell


Auteur : Arnaud Tiercelin
Editeur : Le Rouergue (doado)
Date de parution : janvier 2012
Adolescents


moi_et_la_mer_de_Weddell

Marius a 14 ans et un rêve un peu branque : plonger dans la mer de Weddell (pour les nuls en géographie la mer de Weddell ça se situe en antarctique), le grand air, la banquise, les baleines et les empereurs
Faut dire qu’il étouffe un peu dans sa vie Marius.. D’abord avec Daphné qui a beau être la plus jolie fille du lycée, Marius n’est plus vraiment sûr d’en être amoureux, et puis ses parents normalement pénibles et aussi un peu ennuyeux comme les feuilletons qu’ils regardent avachis sur le canapé, et Gustave son grand père qui radote sur la guerre… Avant dans la vie de Marius il y avait son grand frère avec qui partager des trucs mais voilà :

 "Mon frère s’est tiré à Bordeaux pour réaliser son grand rêve. Entrer dans une école de management et tenter de devenir un crack de la bourse. Son ancien grand rêve consistait à révolutionner le rock en jouant de la guitare avec la langue. Un jour, on ne sait pourquoi, ce rêve a disparu. J’imagine qu’il a eu peur de s’écorcher les dents avec les cordes. Ou alors un de ses potes lui a parlé de Jimmy Hendrix. Il a donc choisi la seconde option : moins facile pour draguer les filles, je sais, mais tellement plus convaincant pour louer une baraque sur la Côte d’Azur."

Bref, Marius se sent un peu décalé, un peu à l’étroit dans ce monde, comme gêné aux entournures avec ce foutu truc qui lui fait penser qu’il laisse s’échapper sa vie et ses rêves.
Seulement, un concours de circonstance va amener Marius à mettre les voiles, s’échapper, s’enfuir… jusqu’à la mer de Weddell ? Non jusqu’à Bordeaux mais ce sera un sacré foutu voyage quand même.
Un roman drôle, impertinent, juste et drôlement abouti sur la révolte douce d’un adolescent en quête d’absolu avec une envie de bouffer le monde sur le dos d’un cheval, jusqu’au bout du monde, jusqu’au plus froid du monde.

 

Lueur de feu


Auteur : Sophie Jordan
Editeur : Gallimard Jeunesse
Date de parution : septembre 2011
A partir de 13 ans

Lueur_de_feu

Histoire centrée sur la narratrice, Jacinda, une ado de 16 ans différente des autres. C'est une draki, descendante des dragons, contrainte de quitter son clan et d'essayer de mener une vie banale parmi les humains. Seulement, elle va vivre une romance avec Will, qui n'aura rien de banal...Tiraillée par ses désirs, son instinct de draki et l'affection qu'elle porte à sa famille, elle devra faire des choix difficiles malgré elle.
C'est une version de Roméo et Juliette dans un univers fantastique.
Le tome 1 est un peu trop centré sur la romance adolescente à mon goût. Je reste sur ma faim au niveau de l'univers fantastique. Je pense que c'est une lecture qui plaira d'avantage aux jeunes filles qui s'identifieront facilement au personnage principal.
Cependant, le rebondissement final annonce un tome 2 riche en aventures, ce qui atténue le côté "cul-cul la praline", qui alourdit le récit à certains moments.


Krine 2 - L'affaire Jonathan Harker


Auteur : Stéphane Tamaillon
Editeur : Gründ
Date de parution : Octobre 2011
A partir de 14/15 ans

Krine_2

Me voilà de retour à Londres, en 1890, impatiente de retrouver les personnages et l’univers qui m’ont beaucoup plu dans le premier tome de Krine mais redoutant aussi d’être moins emballée… Et pourtant, il ne m’a fallu que quelques pages pour replonger dans l’univers du roman : un Londres victorien toujours aussi glauque, des personnages toujours aussi profonds, des grouillants toujours aussi grouillants.
Cette fois ci, c’est dans le plus grand théâtre de la ville qu’Hector Krine va enquêter pour résoudre le mystère des vols qui ont lieu pendant les représentations, le tout sur fond de révolte sociale et d’attentat contre la reine elle-même.
Pour moi les clefs de la réussite de ce roman sont :
> Le soin que l’auteur apporte à la description des décors et du contexte (notamment le fond historique)
> L’environnement fantastique /Steampunk* très pertinent dans lequel le lecteur se laisse balader sans aucune résistance
> L’intrigue très bien ficelée, très rythmée et très riche en rebondissements
> Et enfin ou plutôt avant tout le style, la plume généreuse, fine et rigoureuse.
Le Tome 2 de cette trilogie est donc aussi réussi que le premier. Il n’est pas seulement agréable à lire, il est  aussi « intéressant » comme le serait un documentaire. Bref je me suis régalée. Stéphane Tamaillon me fait penser à un enfant précoce. Il est doué dans ce style et il le sait. On sent que c’est devenu facile pour lui. Maintenant qu’il a prouvé à tous  qu’il  maîtrise complètement cette discipline, j’ai vraiment hâte qu’il  se mette en danger en proposant un texte et un univers radicalement différents :)

Bande son : Panic ! At the disco - The ballad of Mona Lisa

*Science fiction des années 80 souvent associée à l’époque victorienne dans laquelle la vapeur a pris plus d’importance que dans la réalité. Ce style a été crée en opposition au Cyberpunk.

Stéphane Tamaillon est l'auteur de "Krine - Les pilleurs de cercueils", de "Dans les griffes du Klan", de "L'ogre de la couronne" et de "Kroko", également chroniqués sur notre site.
Il a aussi inauguré notre rubrique Interviews "Les auteurs au pied levé".

Je reviens de mourir



Auteur : Antoine Dole
Éditeur : Sarbacane
Collection : Exprim'
Date de parution : 2007
A partir de 16 ans

Je_reviens_de_mourir

"Il était une fois. C'est comme ça que commencent toutes les belles histoires. Alors ne pas le dire. Ne pas l'écrire. Ne même pas le penser. Au commencement était le vide, un vide si profond que c'est tout l'univers qui a basculé dedans.
Il était une seule fois. Pas le droit de se planter. Une seule vie dans le barillet pour viser un destin. Tirer droit devant ou la retourner contre soi.
Il était une seule fois. Tout gagner ou tout perdre.
Je n'avais qu'une seule chance, je l'ai retournée contre moi."

C'est un morceau à quatre mains qui nous est joué dans ce roman par Marion et Eve. A priori elles n'ont rien en commun mais bizarrement elles pourraient ne faire qu'une.
Marion est naïve...Tellement naïve que ça dépasse l'entendement. Quand elle arrive à Paris, elle se laisse séduire par le premier mec qu'elle croise. Elle en tombe amoureuse évidemment mais très vite c'est sous ses coups qu'elle va tomber, et retomber, et retomber...Il la bat ça c'est un fait mais ce n'est pas tout, il la prostitue et il la viole aussi jusqu'à en faire un petit jouet cassé, incomplet et inutile. 
Pour Eve, c'est le contraire, c'est elle qui mène la danse. Elle trouve sur le net tout ce dont elle a besoin : des mecs anonymes à la recherche d'un plan cul. Des mecs jetables mais surtout pas recyclables. Tout bascule le jour où elle rencontre David qui va essayer de gagner sa confiance.
Encore une fois, un énorme roman de ce jeune auteur. Oui c'est ultra violent, très brut, très noir et sans le moindre espoir et c'est pour cette raison que beaucoup de bibliothécaires et de documentalistes ont remis en question sa place dans une collection Jeunesse. Bizarre...Ces gens sont pourtant sensés travailler avec des ados...Bref, en Jeunesse ou en Adulte, peu importe finalement, c'est un excellent roman.

Bande Son : Muse - Hysteria

"Je reviens de mourir" est le premier roman d'Antoine Dole. 
"Laisse brûler", publié en 2010, est également chroniqué sur notre site. Pour lire l'article,
cliquez ici.
Parmi les autres romans publiés dans cette collection, nous avons déjà chroniqué : 
-
"Echecs et but !"
-"Fuck you New York"
- Les romans d'Insa Sané
- "Mes idées folles"
- "La mort j'adore !"
 

Le Yark


Auteur : Bertrand Santini
Illustrateur : Laurent Gapaillard
Éditeur : Grasset-Jeunesse
Date de parution : octobre 2011
A partir de 8 ans

Le_yark

"Parmi tous les types de Monstres qui grouillent sur la terre, l'Homme est l'espèce la plus répandue.
Il en est une autre cependant, plus rare et moins connue.
C'est le Yark."

Le Yark c'est avant tout un anti-conte.
Mais c'est aussi un monstre, un vrai de vrai, un affreux, un qui croque des enfants à chaque repas et sans le moindre remord.
Seulement voilà, notre bestiole monstrueuse a une faiblesse : il a l'estomac fragile. Il ne digère que les enfants sages et malheureusement...ils se font de plus en plus rares.
20/20 pour ce conte ultra moderne, intelligent et flippant juste ce qu'il faut, qui joue du début à la fin sur l'opposition gentils/méchants.
Le Yark fait partie de la même collection que La boulangerie de la rue des dimanches, également chroniqué sur notre site.

Dear George Clooney, tu veux pas épouser ma mère?


Auteur : Susin Nielsen
Éditeur : Hélium
Date de parution : Septembre 2011
A partir de 11 ans

Dear_GC

Violette habite avec sa mère et sa petite soeur à Vancouver dans une maison qui tombe en ruine.
Son père vit à L.A avec sa nouvelle famille.
Depuis le divorce de ses parents, les tentatives de sa mère pour se recaser sont des échecs cuisants : Après "Larry le monosourcil, déjà marié", "Alphonse le radin" et "Jonathan trop beau pour être fidèle", le nouveau coup de coeur de sa mère est Dudley alias "la saucisse". Pas question que sa mère se fasse avoir encore une fois, Violette épaulée par sa meilleure amie Phoebe, décide de filer Dudley, histoire de vérifier qu'il n'a pas de "cadavre sans son placard".
C'est le titre qui m'a donné envie de découvrir ce roman et en voyant la couverture, j'avoue avoir eu un petit doute, je la trouvais très classique, contrairement au titre. Mais je me trompais, et ce roman est vraiment très agréable. L'éditeur affirme qu'il y a du "Juno" dans le ton et je suis tout à fait d'accord. Mais il y a aussi du "Bliss" notamment dans la relation entre Violette et sa copine Phoebe. C'est très drôle, caustique, parfois cynique mais toujours optimiste.
J'ai aimé le soin que l'auteur a apporté aux personnages féminins. Elles sont fortes, modernes et indépendantes, chacune à leur manière.

Bande Son : Kimya Dawson - Tire Swing

Chaque soir à 11 heures


Auteur : Malika Ferdjoukh
Editeur : Flammarion
Date de parution : Septembre 2011
A partir de 13 ans

Chaque_soir__11_heures


Willa est une petite nana parisienne de 17 ans. Sa mère s'occupe de l'organisation des sélections de Miss, son père collectionne les copines de 20 ans.
Sa meilleure amie Fran vit dans une suite d'un hôtel de luxe. Elle est belle, drôle et insouciante, irrésistible. Ce qui n'est pas du tout le cas le Willa qui fait partie de la catégorie des insignifiantes, celles que les mecs ne voient pas, celles qui se trouvent toujours plus ou moins dans l'ombre de l'éblouissante Fran. Mais heureusement Iago le frère de Fran a de bons yeux et c'est Willa qu'il choisit parmi la foule de lyciennes qui le convoite tous les jours. Tout ce petit monde mène une vie assez ordinaire jusqu'à cette soirée d'anniversaire qui sera peut être le dernier vrai moment d'insouciance de Willa...
Je m'attendais à une histoire de midinette et j'ai été embarquée dans cette intrigue dès le début. 
Des secrets de famille, une enquête presque policière, une ambiance noire le tout assaisonné d'un humour très fin, un très très bon roman.
Et merci à l'auteur pour la dédicace !

Bande Son : Feist - 1234.

Deux soeurs en décembre

Auteur : Shaïne Cassim
Editeur : Thierry Magnier
Date de parution : 2006
A partir de 14 ans

deuxsoeursendcembre 

« J’adore me pelotonner dans des rêves éveillés. Pour cela, j’accorde une attention particulière aux détails. Je me concocte un éclairage tamisé et j’étale au moins quatre plaids sur mon lit ».

Romy, en année d’hypokhâgne, vit mollement entre sa sœur Ava, sa mère (la belle-dame-branque, muette depuis le départ du père), Ferdinand son meilleur ami, les poèmes de François Villon et ses plaids colorés. Mais c’est sans compter le cœur, et celui de Romy bat la breloque pour Athanael Delphus, proviseur de son état, sorte d’individu improbable aux pieds duquel elle se jetterait volontiers.

Un petit bijou signé Shaïne Cassim, qui se déguste comme un chocolat chaud amer, lové dans un plaid couleur framboise écrasée, des chaussettes jaunes au pied, la tête appuyée sur un coussin crapaud… pour Romy, si on n’y fait pas attention, le monde deviendra incolore… alors des couleurs, il en faut et en pagaille !

Alors si je vous parle de ce roman qui n’est pas une nouveauté, c’est juste parce Shaïne Cassim est une très chouette écrivain, rare et précieuse, et que très prochainement elle sort un nouveau roman : Je ne suis pas Eugénie Grandet, à l’Ecole des Loisirs que j’attends avec une impatience presque pas dissimulée.

Le monde attend derrière la porte


Auteur : Pascale Maret
Éditeur : Thierry Magnier
Date de parution : 2009
A partir de 12 ans


Le_monde_attend_derriere_la_porte


Sarah a 15 ans. Elle et sa famille font partie d'une société religieuse, une secte, la Communauté des Rigoristes. Au nom on se doute que c'est pas franchement le Club Med. 
Prières quotidiennes à l'église, soumission totale, confessions et jugements publics pour tous ceux qui osent s'écarter des règles. Sarah semble s'en accommoder à peu près jusqu'à ce qu'elle aprenne  qu'elle va quitter le collège pour suivre un enseignement à distance entièrement géré par la Communauté et ce pour ne plus risquer d'être contaminée par "le monde". Cet évènement la confronte à la réalité : sa voie est déjà toute traçée et jamais on ne lui lui laissera la possibilité de choisir. Ses premières petites révoltes seront dénonçées et punies par l'isolement. La plus grave finira par être qualifiée de haute trahison et ses propres parents préféreront la bannir plutôt que de quitter la Communauté.
Ce roman est inspiré par la secte des Frères d'Edimbourg 4 et malheureusement, à part les personnages, tout est vrai.
Un très bon roman, engagé et dérangeant.


tsunami

Auteur : Mikaël Ollivier
Editeur : Thierry Magnier (Petite poche)
Date de parution : 2009
A partir de 8 ans

tsunami



Tous les matins, Damien peine à terminer son chocolat à cause de la peau de lait qui se forme dans son bol. Et tous les matins, son père lui dit d’arrêter de chipoter, de penser aux enfants qui n’ont rien à manger. Damien les a souvent vus à la télé ces enfants noirs avec un gros ventre et des yeux tristes. Il aimerait comprendre comment le fait de terminer son bol pourrait les empêcher de mourir de faim mais il ne fait que regarder des images, celles des journaux télévisés. Il en a ras le bol Damien. Ras le bol de grandir parce qu’on ne digère pas le fracas du monde comme un bol de chocolat. Surtout à 9 ans et surtout sans explications. Un roman plein de bon sens qui appelle non pas à préserver les enfants du monde réel mais à leur donner les clés pour le décoder. Pas sûr que ce roman difficile soit à mettre entre les mains de tous les enfants mais de celles des parents si !

Le soleil et la mort


Auteur : Elise Fontenaille
Éditeur : Grasset Jeunesse
Date de parution : septembre 2011
A partir de 15 ans


Le_soleil_et_la_mort


"Je m'appelle Ulysse, j'ai 15 ans et je veux mourir."

Suite à la mort de son grand père, Ulysse va vivre avec son père (un presque étranger) et sa belle mère qu'il ne supporte pas.
La solitude, le chagrin et l'isolement vont le pousser à se créer une famille virtuelle sur le net, une bande d'ados tous aussi seuls.
Leur lieu de rencontre : Un site Internet "le soleil et la mort".
Leur gourou : Vlad qui leur promet d'organiser leur suicide, une mort idéale, sans douleur.
Leurs différences : Les raisons qui les ont convaincu que la mort était la seule solution.
Leurs points communs : Leur détermination à en finir, leur confiance aveugle envers Vlad, et leur incapacité chronique à se rendre compte qu'il les manipule.
Le jour J arrive et le plan de Vlad semble convenir à tout le monde, jusqu'à ce que tout déraille.
Depuis 3 ans, Elise Fontenaille va régulièrement à la rencontre de ses jeunes lecteurs. Ce sont eux qui malheureusement lui ont inspiré ce sentiment de désespoir profond, sans fond.
J'ai beaucoup aimé ce texte court et intense mais qui sait rester optimiste, malgré tout.
J'ai été particulièrement touchée par la justesse avec laquelle les sentiments souvent paradoxaux d'Ulysse sont décrits.Il passe sans transition d'un romantisme exacerbé à un mal-être absolu.
Un très beau roman qui, j'en suis certaine, permettra d'aborder ce sujet délicat en insistant, comme le dit l'auteur sur la notion de "rien n'est écrit, tout peut toujours changer".

Bande son : Barbara - Le mal de vivre
  



 

Le monde dans la main

Auteur : Mikaël Ollivier
Editeur : Thierry Magnier
Date de pauriton : août 2011
A partir de 13 ans

lemondedanslamain


C'est un drôle de roman qu'on est impatient de lire parce qu'il est signé Mikaël Ollivier mais qu'on ouvre avec prudence (un peu parce qu'on l'attend au tournant le bougre) et beaucoup parce que le titre intrigue et que la voiture rouge avec des ailes sur la couverture c'est curieux.
Curieux comme le héros de l'histoire Pierre (de son vrai prénom Pierre-Marie), 16 ans, qui vit à Versailles, rêve de devenir concertiste et grandit dans une famille où on parle peu, une famille bourgeoise où on va à la messe tous les dimanches et où on dit casse-bonbons quand on pense casse-couilles. Bref, un adolescent un peu anachronique, un jeune-vieux comme l'appelle sa soeur pour se foutre de lui, une sorte d'angoissé chronique dès qu'il s'agit de s'écarter des rails.
Curieux comme ce premier chapitre où sur un parking, un jour de pluie, la mère de Pierre fiche le camp calmement, presque sur la pointe des pieds, avant de laisser un sms : ne vous inquiétez pas pour moi, je n'en peux plus c'est tout.
Curieux... et plein de surprises comme la vie, comme va le découvrir Pierre qui confronté à des situations trop grandes pour lui, à des secrets de famille, des pans de vie insoupçonnés des seconds plans, va s'efforcer de grandir, de se coltiner à la vie avec le bon comme avec le mauvais, avec les sourires comme avec les larmes.
Alors forcément, comme un fait-exprès, les romans qui vous chavirent on est toujours timide pour en parler comme on voudrait. Mikaël Ollivier a un talent rare, celui de vous cueillir dès la première page, dès la première phrase et vous prenez la route avec lui jusqu'au point final qui suit le dernier mot.
Un roman où on rit, où on pleure (de ces larmes qui font chaud au coeur) et dont on sort grandi (même à mon âge ce qui est une gageure!)... quant au titre et à la couverture... deux surprises, une chouette, l'autre moins, un sourire et une larme.